Richard Stallman's personal site.

https://stallman.org

For current political commentary, see the daily political notes.

RMS' Bio | The GNU Project

Toggle Dark Theme


Si vous estimez que votre organisation a besoin d'être « présente » sur Facebook

-- Richard Stallman

2016-12-11

Facebook est un moteur de surveillance, accumulant beaucoup de données personnelles disponibles aussi pour l'État. Par égard pour votre vie privée et votre liberté, il est important de ne pas posséder de compte Facebook actif ; en refusant, vous bloquez le principal canal par lequel Facebook recueille des informations sur vous, et à travers vous sur vos parents et amis (il est également important d'éviter Whatsapp et Instagram, des filiales de Facebook). Si vous leur expliquez pourquoi vous insistez fermement pour communiquer avec eux par un autre système, vous renforcerez votre volonté de résister aux systèmes qui se servent de vous pour vous nuire et nuire aux autres.

Facebook a acquis un tel pouvoir de nos jours que cela met en danger la liberté et la démocratie. Ses règles concernant ce qui peut être publié reviennent à une censure de la société dans son ensemble et conduisent à des différends politiques. Mais ces différends détournent notre attention de l'essentiel, qui est qu'aucune entreprise ne doit posséder un tel pouvoir.

Facebook a le pouvoir de manipuler les élections au moyen de changements subtils dans ses règles. Qu'elle l'ait déjà fait intentionnellement ou non, il n'en reste pas moins que cet état des choses est dangereux.

De nombreuses organisations entretiennent une page Facebook pour chercher du soutien. L'existence de cette page ne nuit pas directement à l'organisation, mais sans un minimum de précautions, elle augmentera le pouvoir de Facebook.

En général, les organisations ont une page Facebook pour essayer d'obtenir le maximum de visibilité. Or les ingénieurs de Facebook ont conçu un système sournois dans lequel, pour obtenir une visibilité maximale, on doit renforcer le plus possible le pouvoir de cette société.

Le moyen le plus radical pour d'éviter cela, c'est de refuser d'avoir une page Facebook. Cependant, il y a peut-être moyen de trouver un compromis dans lequel on attire le soutien du public sans trop augmenter le pouvoir de Facebook. Cet article propose un tel compromis.

Principes généraux

Ce qu'il faut mettre sur Facebook ; ce qu'il ne faut pas mettre

Évitez la messagerie Facebook !

Les autres systèmes de communication peuvent avoir d'autres failles. À la Free Software Foundation (FSF), nous nous servons surtout du courriel et du téléphone ; nous utilisons SIPpour la communication audio ou vidéo sur Internet, mais jamais Skype parce que Skype nécessite un logiciel client « privateur ». Ce qui est essentiel ici, c'est que TOUTE méthode de communication autre que Facebook et WhatsApp (propriété de Facebook) éloignera les gens de Facebook.

Si quelqu'un vous envoie un message Facebook en dépit de votre demande, répondez en disant : « Continuons cette conversation par le système X, Y ou Z. Nous ne voulons pas donner d'information supplémentaire à Facebook sur notre organisation ou ses contacts, y compris sur vous.

Évitez d'aider ou de promouvoir Facebook !

Comment communiquer avec Facebook de manière sûre

Facebook utilise de nombreuses méthodes pour se procurer des données personnelles. Certaines sont assez sournoises. Si des personnes de l'organisation ont des comptes Facebook et veulent les utiliser pour gérer la page de l'organisation, l'organisation n'a aucune raison de faire une objection. Mais l'organisation ne doit JAMAIS imposer à une personne de se soumettre à la surveillance de Facebook afin de gérer la page de l'organisation. Ce serait une faute grave pour la personne en question.Voici un guide expliquant comment les personnes peuvent gérer la page en utilisant des comptes Facebook à l'aide de pseudonymes. Quelques-un es de ces recommandations outrepasse les règles de Facebook, mais ce n'est pas mal de le faire - Facebook ne mérite l'obéissance.

Pour assurer la maintenance de la page de l'organisation, créez un compte sous un alias. Donnez de faux renseignements plausibles, SANS connotation humoristique et sans rapport avec vous. Ensuite, n'utilisez JAMAIS ce compte pour quoi que ce soit, sauf pour vous occuper de la page de l'organisation. Facebook n'aura jamais aucune raison de mettre en doute les données de votre compte.

Facebook nuit aux gens de multiples manières et il n'y a pas moyen de les éviter complètement. Nous espérons que cette approche de compromis bénéficiera à votre organisation tout en lui évitant de se faire instrumentaliser par Facebook. Il existe par ailleurs d'autres réseaux sociaux pouvant répondre à vos besoins. Beaucoup de réseaux sociaux centralisés bien connus sont moins intrusifs que Facebook ; de plus, GNU Social et Diaspora respectent les droits de leurs utilisateurs grâce à une architecture décentralisée basée sur des logiciels libres. Pourquoi ne pas les essayer ?


Copyright (c) 2016 Richard Stallman Verbatim copying and redistribution of this entire page are permitted provided this notice is preserved.